Michelangelo (Ronin-verse – IDW Publishing)

Fiche d’identité

Réside : New York, montagnes japonaises, Corée Unifiée, Mongolie et autres...

Espèce : Tortue mutante mâle.

Caractéristiques : Dernier des quatre frères. Tortue mutante.

État : Mort en tuant Hiroto.

Première apparition
The last ronin #1

Dernière apparition
The lost years #5

Créateurs
Peter Laird (1983-1987)
Kevin Eastman (1983-1987 / 2018-2021)
Tom Waltz (2018-2021)
Esau Escorza (2020-2021)
Isaac Escorza (2020-2021)
Ben Bishop (2020-2021)

Passé

Lutte contre le Foot Clan

Au nom du Clan Hamato, les tortues et Splinter attaquèrent un jour le quartier général du Foot Clan pour défaire Shredder. Dans la bataille, les forces de Michelangelo le quittèrent. Trop de vies avaient été retirées, il n’était pas fait pour cela. Il refusait de tuer encore. Le rat le releva, lui faisant comprendre que sa famille avait besoin de lui pour poursuivre (The lost years #1).

Après la mort de Shredder, les tortues étaient parvenues à un pacte de non-agression avec Karai et son Foot Clan. Malheureusement, cette dernière ne s’y teint pas et tendit une embuscade aux mutants. Dans la lutte, Splinter fut grièvement blessé. De colère, Raphael partit le venger, fonçant tête baissée contre le clan de ninjas. Il y perdit la vie (The last ronin #2).

Une dizaine d’années plus tard, ce fut au tour de Casey Jones et de Leonardo de perdre la vie dans une embuscade organisée par Baxter Stockman (The last ronin #3), nouvellement allié à Oroku Hiroto.
Croyant qu’il était le dernier survivant, Michelangelo partit pour le Japon retrouver Donatello et Splinter. Il ignorait qu’April avait survécu. Hélas pour lui, il arriva trop tard. Son frère et son père devaient signer un accord de paix avec Oroku Hiroto, mais étaient tombés dans une embuscade. Shinichiro, l’un des maîtres du clan Hamato, lui donnait le carnet de Splinter et l’arme de Donatello. Michelangelo refusait de rester là et partit en exil dans les montagnes (The last ronin #4).

The lost years (v. 2029-2045)

Abattu par la tristesse et la violence qui s’était déchaînée sur sa famille, la tortue se livra à une retraite dans les montagnes d’Hokkaido. Il ne pensait pas y survivre tant l’hiver était rude. Mais finalement, la mort ne voulut pas de lui. Une fois le printemps arrivé, Michelangelo se mit à cultiver la terre autour d’une vieille masure qu’il avait restaurée. Durant trois années, il vécu de méditation, lisant inlassablement le carnet de Splinter, et de cultures.

Mais un jour, sa tranquillité fut perturbée par un groupe de voyous qui ne toléraient pas la différence. Ce « monstre vert » qui ne faisait que travailler la terre devait mourir. Le tabassant à grands coups de bois et de pieds de biche, la tortue se laissa faire, repensant à ce que diraient ses frères et Splinter. L’ultime bataille livrée à Shredder lui revint en tête, lorsqu’il avait refusé de se battre. Le rongeur avait su trouver les mots pour le relever et l’inciter à poursuivre au nom de leur famille. Cette même force coulait à nouveau dans ses veines.
La tortue se releva et tua ses agresseurs. Sa retraite était terminée, il avait ouvert les yeux. Il n’était pas fait pour cette vie de retrait et repartait pour New York dans le but de venger sa famille. Réunissant ses affaires, il quitta la montagne. Mais sur son chemin, il vit un village en feu. Les habitants avaient été massacrés par les hommes du même groupe que ceux qui l’avaient agressé quelques heures plus tôt. L’un d’eux s’était échappé et le reconnaissait. La tortue livrait un second combat, qu’elle remportait une fois de plus. Parmi les corps des villageois étendus dans la rue, Michelangelo découvrit un survivant, qui dans ses derniers mots, le supplia de s’en aller. Le chef de ces brigands, Death Worm, reviendrait bientôt avec ses soldats. S’il s’attardait ici, il était condamné (The lost years #1).

Durant trois années, Michelangelo vécu caché sur Hokkaido, vivant de ce qu’il trouvait. Puis il décida de quitter le Japon et empruntait un bateau en direction de l’île de Chiburijima. Ne sortant sur le pont du navire que la nuit pour admirer les étoiles, il fut un soir attaqué par des hommes appartenant à Death Worm. Tous avaient entendus parler de celui au teint vert qui avait défait des brigands dans un village trois ans auparavant. Une fois ces nouveaux adversaires vaincus, la tortue se jeta à l’eau pour terminer le voyage à la nage.
Éreintés, la tortue manqua de se noyer. Son corps, inanimé, fut rejeté sur une plage et recueilli par un vieil homme du nom de Yip qui prit soin de lui. Durant deux jours, Michelangelo parla beaucoup dans son sommeil, jusqu’à son rétablissement. Le vieux maître en apprit beaucoup à son sujet et lui proposa, une fois rétabli, de l’entraîner. La tortue se montra surprise de voir qu’il savait exactement ce que voulais son convalescent. Michelangelo se soumit alors au sojido, la tradition du grand nettoyage pour les chunins qui venaient en apprentissage chez leur maître. Une manière de remercier ce dernier. L’entraînement pouvait commencer, Yip voulant reprendre depuis les fondamentaux. Mais Michelangelo reconnaissait volontiers le talent du maître, souvent venté dans les notes du carnet de Splinter. Après un an et demi, Michelangelo était fin prêt à repartir pour New York. C’est alors que Yip lui suggéra de venger la mort des innocents qui se trouvaient sur le chemin de Death Worm (The lost years #2).

Partant sur les traces de ce terrible tyran qui faisait régner la terreur sur toute l’Asie, Michelangelo prit la route de la Mongolie. Traversant le désert à bord d’une voiture, le mutant eut soudain un malaise et un accident. Son corps fut sorti de la carcasse du véhicule par d’étranges hommes qui le conduisaient à leur chef, le noyan Chormagan. La tortue avait perdu la vue.
Rencontrant l’individu, un étrange sentiment de confiance mutuelle naquit. Ce vieil homme, lui aussi aveugle, lui rappelait beaucoup Splinter. Le village était également opposé à Death Worm. Avec un ennemi en commun, Michelangelo était invité à rester parmi ces hommes. Batu Bagatur, le bras droit du noyan, l’accueillait dans sa maison. Le village avait beaucoup de mal à accorder la même confiance envers le mutant. Mais suivait les décisions clairvoyantes du noyan Chormagan. En quelques mois, Michelangelo se fit accepter de toute la communauté et devint le grand ami de Gerel, la fille adoptive de Bagatur.
Deux ans plus tard, l’ombre de Death Worm s’approcha du village. Batu Bagatjur enseigna son art du combat au mutant qui s’habituait à sa cécité. Il lui proposa également de choisir une nouvelle arme parmi son stock. La tortue trouva dans une malle une paire de tonfas. Un jour, alors qu’il se baignait, Michelangelo entendit des bruits de coups de feu. Très vite, l’atmosphère gagna une odeur de fer insoutenable. Il ne voyait pas ce qu’il se passait, mais se fiant à ses sens, le ninja compris que le village était attaqué par Death Worm. Sentant une douleur intense, Michelangelo se faisait taser par les brigands. Le choc lui faisait regagner la vue. Il était emmené dans un camp (The lost years #3).

Michelangelo avait perdu tous ceux qu’il aimait dans le village, exterminés par Death Worm. Il fut jeté dans une sorte de prison dans un camp où il fit la rencontre de Shaka un ancien lutteur africain qui avait été, lui aussi, enlevé. L’homme lui révélait qu’ils étaient destinés à des combats en cage pour satisfaire les hommes de Death Worm. D’un côté les mutants. De l’autre les humains. Le vainqueur des combats de chacune des deux « espèces » se livreraient une ultime bataille.
La tortue en avait assez de se battre et de la mort. Il décidait de tout arrêter. Mais les mots de Shaka lui rendirent du courage. Il devait gagner et sortir de là pour venger la mort de ceux qu’il aimait. À commencer par Death Worm. Après presque trois ans de batailles acharnées, Michelangelo se retrouva en finale, en Ukraine. Hélas pour lui, opposé à son vieil ami Shaka. Ce dernier, reconnaissant la valeur de la tortue, décida de se donner la mort dans l’arène pour permettre à la tortue de s’en sortir (The lost years #4). Furieux par ce sacrifice, Michelangelo s’attaqua à ses ravisseurs. La cheffe du camp, Abigail Finn, l’emmena à l’hôpital pour lui retirer des petits bombes qui avaient été placées dans son cou pour le dissuader de s’enfuir. Il était libre. Ses effets personnels et ses armes lui étaient rendus. Toujours méfiant, Michelangelo attaqua la femme pour lui demander où se trouvait Death Worm. Elle lui indiqua Rome, persuadée qu’il périrait dans sa vendetta.

Michelangelo partit pour l’Italie et retrouva son ennemi dans le Colisée, abandonné. L’homme formait de nouvelles recrues. Dans une attaque éclair, Michelangelo tua la majorité des recrues et s’opposa à un colossal guerrier mongol. S’il pensait avoir à faire à Death Worm, il fut surpris de voir avec quelle facilité il l’avait tué. En réalité, son ennemi était bien moins impressionnant. Mais son arrogance et sa soif de pouvoir l’avaient aveuglé. Michelangelo le saisit de ses tonfas et lui envoya une puissante décharge à la tête. Death Worm était mort. La tortue avait vengé la mort de ses nombreux amis. Il pouvait repartir pour New York, se consacrer entièrement à Hiroto et la perte de sa famille (The lost years #5).

Présent – The last ronin (2045)

Michelangelo était décidé à tuer Oroku Hiroto et ainsi venger sa famille. La tortue fit tout pour gagner sa tour, en centre-ville de New York.
Après de nombreuses péripéties et s’être battu contre les synjas du Foot Clan, le mutant était parvenu à pénétrer dans la tour de son vieil ennemi. Affrontant des dizaines de robots Foot il se fit pousser par un Mouser hors du bâtiment. Tombant depuis une fenêtre, il s’écrasa dans la rue.
Encore vivant, Michelangelo prit la fuite par les égouts. Dans les couloirs sombres des souterrains, il prit conscience du niveau suicidaire de sa mission, qu’il ne pouvait mener à bien. Grièvement blessé, il avait décidé de réaliser le seppuku, demandant pardon à l’esprit des siens, qui le hantaient toujours. Trop faible, il s’effondrait au sol sans parvenir à mettre fin à ses jours. Casey Marie Jones le recueillit et l’amena à April. La dame prit soin de la tortue jusqu’à son réveil (The last ronin #1).

Michelangelo ne comprenait pas comment il avait pu survive à sa chute de la tour. Il estimait qu’il s’agissait d’une preuve qu’il avait bien une mission à accomplir avant de mourir. Pour April, ce miracle venait plutôt des sciences, et de sa mutation, qui poursuivait son cours. Depuis leur dernière rencontre, le ninja était bien plus grand et fort.
Michelangelo fit la connaissance de Casey Marie Jones, fille d’April et de Casey. Cette dernière lui montra le dojo et les objets qu’elle avait recueillis aux côtés du mutant lorsqu’il s’était évanoui (The last ronin #2). La tortue découvrait une jeune femme pleine de ressources. Il accepta de devenir son sensei et de la former avant de s’attaquer à la forteresse de Baxter Stockman. Mais il s’était également rendu compte qu’elle était différente des autres humains. Cela venait du contact prolongé de ses parents avec les mutants. Leurs gênes s’étaient transformés et avaient transmis cette mutation à leur fille, devenue plus forte et capable de guérir relativement vite.

La tortue établit un plan avec April, Avallone et la résistance pour attaquer Stockman. Ils n’avaient aucune chance en assaillant frontalement la tour de Hiroto. En revanche, en le privant de source d’énergie, principalement ses gardes robots, ils avaient une chance de l’atteindre. Ils partirent ainsi prendre d’assaut Roosevelt Island. La tortue nettoyait les défenses ennemies sur les remparts, aidant les soldats au sol à pénétrer dans le bâtiment. Une fois à l’intérieur, April connecta le professeur Honeycutt, qui tua Stockman et neutralisa les sources d’énergies. En ville, les synjas étaient hors service (The last ronin #4).

De retour au repaire, Michelangelo était assailli par les doutes et les visions de ses frères qui lui reprochaient de ne pas lancer une attaque directe sur Hiroto, à présent privé de ses défenses. Après avoir griffonné une note dans le carnet de Splinter, il partit pour l’assaut final, qu’il appréhendait terriblement. S’il échouait, ses amis seraient tués. Les derniers ninjas Foot ne représentaient pas de réel danger. Leur entraînement et leur loyauté à l’égard de leur maître laissait clairement à désirer. Avant d’atteindre Hiroto, la tortue dut encore neutraliser un garde en armure puis un robot géant.
Puis finalement vint Hiroto, qui se réjouissait de pouvoir terminer le travail que son clan n’était jamais parvenu à accomplir. L’homme tua sa mère, confinée dans un tube de stase depuis près de deux décennies avant de mettre le feu à son laboratoire. Il portait une armure composée de nanorobots, permettant de la régénérer rapidement. Bientôt, toute sa tour explosait. Les deux rivaux s’en retrouvaient expulsés par le souffle depuis les baies vitrées. L’armure de Hiroto l’empêchait d’être blessé. Michelangelo finit par trouver une faille au niveau de sa restauration immédiate. Il plaça une grenade dans la main de son adversaire. L’explosion lui permit d’y planter son saï et de le blesser. Mais lui aussi perdait beaucoup de sang et se fatiguait vite. Hiroto fut également traversé par le sabre de Leonardo. La tortue prit la fuite dans les égouts après avoir été frappée au flanc des griffes acérées de l’armure.

Traité de lâche, Michelangelo attaqua une nouvelle fois Hiroto en se tapissant dans l’ombre du couloir sombre. Mais les deux ennemis furent expulsés avec le rétablissement du système de pompage des égouts. Terminant leurs courses sur les rivages de la ville, Hiroto s’écriait être immortel, tel un dieu. Voyant qu’il perdait l’avantage, il activa le système d’autodestruction de son armure. L’explosion le tua sur le coup. Michelangelo fut jeté sur la berge. Au même instant, Casey Marie arriva, suppliant son sensei de ne pas mourir. April avait mis un traceur dans la tortue, lors d’une prise de sang, sans qu’elle ne le sache. Cela avait permis à sa fille de le retrouver facilement. Michelangelo lui demanda de poursuivre son entraînement, lui remettant son carnet. La dernière page lui demandait de connaître enfin la paix. La tortue mourut dans ses bras.

Michelangelo avait finalement trouvé la paix et se réveillait entourée de ses frères. Ils étaient jeunes et en parfaite santé dans un monde à la lumière chaleureuse. Il y retrouvait également Casey Jones et Splinter (The last ronin #5).

Autour du personnage

  • Dans les informations de The last ronin #1 – Director’s cut, reprenant les notes originelles d’Eastman et de Laird, on apprend que Michelangelo devait rester à New York avec Leonardo après la disparition de Raphael et le départ de Splinter et de Donatello pour le Japon. Il serait devenu de moins en moins sérieux (en savoir plus).
    • Kevin Eastman avait de nombreuses idées pour l’apparence de son ronin. Principalement de nombreuses cicatrices, témoins de plus d’une dizaine d’année d’errance, mais il n’écartait pas non plus la possibilité que la tortue soit aveugle d’un œil ou même qu’elle soit devenue légèrement bossue.
  • Face au succès de The last ronin, une deuxième série a été lancée, revenant sur le passé de Michelangelo, lors de son retrait de New York. Du nom de The lost years, cette mini-série retrace ainsi près de 16 ans d’errance à travers le monde.
  • L’une des armes les plus utilisées par Michelangelo dans cette aventure est le tonfa. Il s’agissait de son arme dans la série The next mutation, où Kevin Eastman était consultant. Cela semble être une arme chère au cocréateur des tortues, puisque déjà en 2016, pour les figurines annulées de Threezero, il en avait habillé sa tortue. Dans The last ronin #4, on apprend que ses armes, choquées ensemble, libèrent une impulsion électromagnétique neutralisant les appareils électroniques à proximité directe. La découverte de ces armes est présentée dans The lost years #3.

Concept arts

Ces images proviennent de The last ronin #1 – Director’s cut et de The last ronin – design archives #1.

Galerie

Apparitions du personnage