Petit guide pour mieux comprendre les comics Tortues Ninja

Les Tortues Ninja, c’est avant tout une affaire de comics ! Créés par Kevin Eastman et Peter Laird en novembre 1983, ces quatre héros sont apparus pour la premières fois dans une bande-dessinée américaine en mai 1984. Dès lors, ils ont rencontré un succès international leur valant dessins animés, films, jeux-vidéos et une montagne de produits dérivés. En 36 ans d’existence, les univers des comics sont devenus assez nombreux et avouons-le, il y a de quoi se perdre !

Voici donc un article qui revient sur les différents comics qui sont sortis sur les Teenage Mutant Ninja Turtles au fil des années. Il n’est pas question ici d’être précis sur cet univers vaste et parfois compliqué à appréhender, particulièrement lorsque l’on y est étranger. L’idée n’est pas d’aborder TOUS les comics Tortues Ninja ou d’entrer dans les moindres détails, mais bien de brosser un aperçu général de ce qui s’est fait dans les publications principales. Essayons de rendre les choses simples ! 
Pour chaque éditeur traité ici, nous vous proposons une remise en contexte de la période pour la licence, un résumé de ce qui est sorti aux États-Unis, puis de ce qui est sorti en équivalent en France.

Bref, si vous débutez dans les comics, ou dans l’univers des Tortues Ninja, ou tout simplement que vous essayez de comprendre la logique de ces publications depuis longtemps, cet article est pour vous !

Mirage : La base !

Contexte

C’est en 1984 que sortait le premier comic des Tortues Ninja. Issu d’une blague entre deux amis dessinateurs, Kevin Eastman et Peter Laird, à la recherche d’inspiration pour un projet commun, il comprendre que Teenage Mutant Ninja Turtles ne devait être qu’un one shot. Une histoire tenant dans un seul numéro (en savoir plus). C’est en voyant le succès rencontré par le premier tirage et les centaines de lettres de fans demandeurs d’une suite qu’Eastman et Laird se sont lancés vers un deuxième numéro (en savoir plus).

Les deux années suivantes, destinées à développer l’univers, a également vu arriver de nouveaux artistes chez Mirage Studios, la maison d’édition que les deux amis avaient créés pour la publication de leurs œuvres. Encrage, couleur, lettrage…Tous ces talents ont apporté leur pierre à l’édifice. Tant et si bien qu’un deuxième titre est apparu en 1987 : Tales of the TMNT. Il s’agit de sept numéros introduisant et mettant l’accent sur un personnage en particulier ; Rat King, Leatherhead, Savanti Romero et bien d’autres ! (en savoir plus).

Parallèlement, en août 1986, Eastman et Laird avaient été approchés par l’agent Mark Freedman pour développer la licence à l’écran. Naissait une année plus tard le dessin animé des Tortues Ninja. Le travail de conseiller et surtout de gestion de la licence a contraint les deux amis à rester en retrait du comic, laissant d’autres artistes prendre le relai à partir du TMNT (Vol. 1) #9 (en savoir plus). Une fois l’histoire principale « terminée » (à partir du #22), c’était notamment l’occasion d’inviter des artistes étrangers à l’œuvre, comme Mark Zulli ou encore Richard Corben. C’est ce que l’on appelle la Guest era.
Eastman et Laird ont néanmoins voulu revenir pour clore leur histoire à travers un arc mémorable. En 13 numéros, du TMNT (Vol. 1) #50 au TMNT (Vol. 1) #62 en 1993, l’arc City at war voyait différentes factions de New York, dont le Foot Clan et les tortues, se livrer bataille.

Après 62 numéros, Eastman et Laird avaient jugé bon arrêter le comic. C’était la fin du premier volume (Vol. 1). Gérer la licence des Tortues Ninja avait également eu raison de leur amitié, se rendant compte que la gestion de leurs projets, bien que similaires, était source de frictions. Malgré tout, Peter Laird désirait poursuivre et avec l’aide de l’artiste Jim Lawson, ils ont réalisé 13 nouveaux numéros entre 1993 et 1995. C’est ce que l’on appelle le volume 2 (Vol. 2).

Par la suite, Eastman et Laird, fâchés mais toujours parents d’une licence fructueuse, se sont approchés d’Image Comics pour réaliser un troisième volume. L’éditeur voulait être le digne successeur de Mirage et surtout ramener les TMNT à leurs origines : un comic sombre, violent et qui tranchait avec la réputation de licence pour gamins que se trainaient les tortues depuis le succès du dessin animé. Entre 1995 et 1999, sortait le troisième volume des TMNT (voir Image Comics, ci-dessous).

Entre 1999 et 2001, la licence des TMNT rencontrait la période la plus sombre de son histoire jusqu’à aujourd’hui. Plus de série, plus de films, plus de produits dérivés, et plus de comics. Seuls quelques projets qui n’ont jamais aboutis. La licence n’était plus représentée et sombrait dans l’oubli.

C’est finalement décembre 2001 que Peter Laird relance la machine avec un quatrième volume, suite du volume 2. Le cocréateur des Tortues Ninja désirait surtout ignorer les libertés prises par le volume 3. Ce relaunch se faisait en parallèle au lancement du dessin animé de 2003, très sensiblement inspiré du comic de 1984.

Avec le rachat de la licence par Viacom / Nickelodeon en octobre 2009, le volume 4 s’est interrompu sans être réellement achevé, jusqu’à aujourd’hui. Laird avait bénéficié du droit de continuer de publier, sans toucher d’argent, un nombre limité de numéros par an afin de terminer son aventure. Hélas, après un TMNT (Vol. 4) #32, sorti en mai 2014 pour les 30 ans de la licence, il n’y a plus jamais rien eu…

Aux USA

Officiellement, la chronologie de Mirage ne compte que trois volumes (1, 2 et 4) pour l’ongoing (histoire principale). Le volume 3 avait été publié par Image Comics (voir ci-dessous) comme étant la suite du volume 2, mais Peter Laird a refusé de la considérer comme une suite officielle. Son volume 4 efface les évènements écrits par Image pour repartir des évènements du volume 2.

Entre 1985 et fin 1986, Kevin Eastman et Peter Laird ont créés cinq micro-séries. Il s’agit de one shot centrés sur une tortue à chaque fois et sur le Fugitoid. Ces numéros sont très importants, permettant de mieux connaître les personnages principaux, leurs traits de caractères, mais surtout d’introduire pour certains des éléments indispensables à l’histoire. Raphael fait la rencontre de Casey Jones et Leonardo affronte seul le Foot Clan avant de faire face à un cliffhanger ouvrant sur le TMNT (Vol. 1) #10. Des numéros repris d’ailleurs dans le film de 1990 !
Le cinquième numéro, centré sur le Fugitoid est également un indispensable. Avant de créer les Tortues Ninja, le duo de dessinateurs avait inventé l’histoire d’un professeur bloqué dans un corps de robot, dans une galaxie très lointaine. N’arrivant pas à trouver un éditeur acceptant de publier cette histoire, ils ont attendu cette opportunité pour enfin la proposer au public, incluant le personnage dans l’univers des Tortues Ninja.

Les deux volumes des Tales of the TMNT ne sont pas indispensables pour comprendre l’ensemble du récit. Il s’agit principalement de petits ajouts ponctuels à l’histoire.

Pour donner une cohérence à tous ces numéros, nous vous proposons sur le Tortuepédia une réorganisation chronologiques de ces aventures, en nous appuyant sur le travail de Mark Pellegrini (grand fan américain, qui tient le site TMNT Entity) par ici.

En France

La publication des numéros de Mirage a été très chaotique en France jusqu’à l’arrivée de HiComics en 2019.

En 1990 déjà, l’éditeur Glénat avait proposé deux albums de belle qualité (à retrouver par ici). Le premier, “Les origines”, reprenait le trois premier numéro édité en Grande-Bretagne chez Penguin Books, reprenant lui-même les compilations américaines de First Comics.
Kézako ? Il s’agissait d’albums reprenant plusieurs aventures des Tortues Ninja de Mirage et proposant une coloration inédite. Jusqu’alors, les comics étaient en noir et blanc !
Comportant chacun trois numéros, ces albums étaient parfois agrémentés d’une aventure spécialement réalisée pour l’occasion. Pour l’anecdote, c’était ce format qui avait permis aux scénaristes Bobby Herbeck et Todd Langen ainsi qu’au réalisateur Steve Barron de travailler sur le scénario du film de 1990 (en savoir plus) !

En 1992, c’est un OVNI que Glénat publie : “La rivière”. Cet album, cette fois en noir et blanc, reprend l’arc éponyme de Rick Veitch. Pourquoi un OVNI ? Car il ne s’agit absolument pas d’une aventure représentative de la licence. Un OVNI également car il est question de l’un des arcs réalisés durant la guest era, cette période où de nombreux artistes se sont relayés pour apporter leur pierre à l’édifice TMNT, alors qu’Eastman et Laird étaient occupés à gérer la partie administrative de la licence. Enfin et petit cocorico ; aujourd’hui, l’éditeur IDW Publishing ne parvient pas à obtenir l’accord de Veitch pour rééditer ces numéros aux USA !

Parallèlement, c’est à travers USA Magazine que Glénat a également publié en 1991 un numéro spécial entièrement consacré aux Tortues Ninja. Les choix sont excellents et une fois encore portent beaucoup plus sur des coups de cœurs éditoriaux qu’une volonté de coller à une idée de représentativité de la licence. Cet USA Magazine Special #5 comprend le TMNT (Vol. 1) #33 “Turtles take time / Les tortues prennent le temps”, dessiné par Richard Corben (rien que ça !), la back-up de la réédition du TMNT (Vol. 1) #7 “You had to be there / Le voir pour le croire” et le TMNT (Vol. 1) #34 “Toitle anxiety / Toitue parano”. Rajoutons à ce cocktail explosif « Techno-terreur ! » extrait de Gobbledygook (Vol. 2) #1 et surtout le très méconnu « Green Grey Sponge Suit Sushi Turtles ! / Tortue sushi (la parodie officielle) ».

Il faudra attendre 2007 pour retrouver les tortues de Mirage en France. L’éditeur W3tta et Dagon s’était lancé dans l’ambitieux travail d’éditer les Tales of the TMNT (Vol. 2) en France, sous le titre de TMNT, les chroniques des Tortues Ninja.
Le format était proche de celui d’un manga, avec une couverture souple et volante. Plein de bonne volonté, l’éditeur a malheureusement souffert d’une mauvaise distribution. Après deux numéros sortis en librairies, il n’était plus possible de prendre la suite qu’à travers des commandes directement depuis leur site internet. C’est la raison pour laquelle ils sont si rares aujourd’hui. Nous n’avons eu que quatre numéros et une diminution flagrante de qualité et de pages sur les deux derniers livres, sortis en 2009 et 2010.

C’est réellement à travers l’éditeur HiComics, que les aventures de Mirage ont trouvé de la cohérence et de la qualité entre les mains des fans français. À partir de 2019, l’éditeur a publié les TMNT – Classics, équivalent français des TMNT : The ultimate collection d’IDW Publishing, de superbes albums comprenant ente 250 et 300 pages d’aventures à lire dans l’ordre chronologique, et agrémentés de quelques pages d’anecdotes d’Eastman et de Laird.

Ces numéros sortent actuellement à raison d’un livre par an. Le tome 2 est sorti le 25 novembre, c’est la raison d’ailleurs de cet article. Alors ne le manquez pas !!

Image Comics : Changements radicaux

Contexte

Regular cover 1996 – Frank Fosco et Erik Larsen

Au milieu des années 90′, la licence des Tortues Ninja commençait à perdre de l’envergure. La Turtlemania avait presque totalement disparue, il n’y avait plus de films au cinéma, la série touchait à sa fin et Playmates Toys ne vendait plus autant de jouets.

Fin 1995, Mirage publiait son dernier numéro du volume 2. Peter Laird et Kevin Eastman, qui ne s’entendaient plus depuis de nombreuses années, géraient la licence au détriment de la partie créative. Après quelques crossovers avec le Savage Dragon d’Image Comics, c’est vers cette maison d’édition que les tortues se sont dirigées.
Les Tortues Ninja d’Image Comics constituent le volume 3 des comics TMNT. Parue entre 1996 et 1999, cette aventure a été conçue comme la suite directe du volume 2 de Mirage Publishing.

Regular Cover 1996

Ce « volume 3 » se voulait dans la lignée des aventures précédentes, et renouer avec le côté sombre et cru des premières heures. Le mot d’ordre était clairement de se dissocier de l’image péjorative gagnée ces dernières années à cause du dessin animé. Dès lors, les tortues n’étaient plus vues que comme un phénomène de marketing pour enfants.
Pour contraster avec cette réputation, le comic s’est inscrit à la perfection dans ce qui se faisait dans les années 90′. Personnages masculins bodybuldés, personnages féminins aux formes ultra caricaturées, violences et mutilations devenaient chose courante dans cette nouvelle aventure. Dès ses premiers numéros Raphael être défiguré dans une explosion et Donatello en grande partie transféré dans un robot, son corps ayant été grièvement blessé. Leonardo ne serait pas en reste par la suite…

Cette vision, peut-être extrême bien qu’originale, déplut beaucoup, tant aux fans qu’à Peter Laird. Le comic s’est arrêté brutalement en 1999 au 23e numéro et sans achever son arc narratif. Le cocréateur a lancé quelques années après un quatrième volume ignorant les évènements écrits par Image.
Le volume 3 est donc à considérer comme un univers parallèle à celui de Mirage, prenant en considération les deux premiers volumes mais dont la timeline s’en écarte dès le premier épisode.

Urban legends

Cover A – Frank Fosco

En 2011, le fan Andrew Modeen avait proposé une fin en deux numéros, avec l’aide de Carlson, Fosco ainsi que d’autres artistes bien connus de la licence, comme A. C. Farley ou encore Kevin Eastman. Son idée était d’apporter des éléments pour faire le lien entre le volume 3 et le volume 4 et ainsi proposer une aventure entièrement canonique.

En 2018, l’éditeur IDW Publishing a décidé de rééditer ces 23 aventures en couleur, sous le titre de TMNT : Urban legends. Pour aller encore plus loin et satisfaire les fans frustrés, l’éditeur avait décidé d’apporter une fin à travers trois numéros supplémentaires, avec l’aide de Fosco et de Carlson et des notes qu’ils avaient réalisées une vingtaine d’années auparavant. Ainsi, le volume 3 comprendrait non plus 23, mais 26 numéros. L’ensemble des arcs narratifs de ce volume pourraient ainsi être conclus, sans faire de lien pour autant avec le volume 4 de Mirage. TMNT Urban legends #26 est sorti en août 2020.

En France

Le volume 3 n’a jamais été édité en France. Sa mauvaise réputation outre Atlantique n’a certainement pas aidé en ce sens et son aspect violent contrastait drastiquement avec la vision des Tortues Ninja en France dans les années 90′. Il s’agit aujourd’hui de l’unique univers en comics relativement développé qui n’a pas été adapté chez nous.

En revanche, nous pouvons retrouver quelques rares pages avec la présence des tortues à travers les crossovers avec le Savage Dragon, sortis courant 1990 !

Pour l’anecdote, l’éditeur W3tta et Dagon désirait publier Bodycount pour les 25 ans de la licence en 2009. Il s’agissait d’une aventure très sanguinolente d’Eastman et de Bisley, éditée partiellement par Mirage et entièrement sortie par la suite chez Image. Si elle était sortie, elle aurait été l’unique publication d’Image Comics des Tortues Ninja en France.

Archie Comics : Des aventures pour les enfants, mais pas que !

Contexte

Archie Comics est un éditeur de comics américain généralement destiné aux enfants. En 1988, pour appuyer la sortie des Tortues Ninja à la télévision et en jouets, les cinq épisodes de la première saison ont été adaptés chez Archie à travers trois numéros dessinés par l’artiste de Mirage Michael Dooney. Le comic TMNT Adventures était né.

Par la suite, les premiers épisodes de la deuxième saison ont été adaptés avant de s’émanciper vers une histoire propre à l’éditeur. Ryan Brown et Stephen Murphy (crédité Dean Clarrain), tous deux de Mirage, tenaient à poursuivre l’aventure, malgré le désintérêt du reste de l’équipe, désirant surtout faire avancer le comic principal, pour un public plus avisé. Archie était naturellement intéressé, au vu du succès prometteur de la licence.
Ensemble, Brown et Murphy ont totalement changé l’ambiance de l’histoire, proposant des aventures qui se suivaient entre les numéros, avec une cohérence scénaristique et des évènements portant un réel impact sur la suite du récit. Bref, une histoire plus solide que le dessin animé qui proposait des épisodes pouvant être vus dans le désordre et sans grande iportance. L’un des aspects les plus fameux de ce comic était son engagement dans l’écologie, principalement dans les premiers numéros. Nombre de thématiques que l’on retrouvait dès 1989 sont encore aujourd’hui d’actualité, comme la déforestation en Amazonie, la pollution des océan et des plages, la fonte des glaces, le braconnage et la surpêche.

Que l’on ne s’y trompe pas ! Si les premières aventures sont chargées en morales bienveillantes pour les enfants, l’ensemble de l’œuvre n’est pas une caricature de Capitaine Planète ! Il s’agit bien d’un univers extrêmement riche, à qui le dessin animé de 1987 et les figurines de Playmates doivent énormément, la présence du génial Ryan Brown oblige. Leatherhead, Wingnut & Screwloose, Man Ray et j’en passe sont introduits ici, alors que le dessinateur le proposait également en parallèle au fabricant de jouets.
Généralement, c’est surtout à travers cet aspect écologique que le comic est décrit. C’est assez injuste. Si le côté moralisateur est présent sur l’ensemble de l’œuvre, il l’est principalement au début. Et ce sont justement ces premières histoires qui ont été le plus vendues. Qu’en est-il du reste du récit ?
Très rapidement, l’histoire prend le dessus, proposant une aventure bien plus mature que celle du dessin animé qui lui est contemporain. Les enjeux sont sérieux, les personnages nombreux, assez recherchés et très souvent inédits. Il arrive parfois même que des personnages importants, voir incontournables, viennent à mourir ! En somme, il faut voir ce comic comme une version plus mature et complexe que le dessin animé de 1987.

C’est après 72 numéros que TMNT Adventures s’est hélas arrêté en 1995. Cette année fatidique pour la licence voyait les chiffres plonger et personne ne désirait poursuivre avec cette licence, les enfants l’ayant délaissée. Un arc en trois numéros devait clore l’aventure. Du nom de Forever war, les TMNT A. #71 à TMNT A. #73 n’ont jamais vus le jour. À la place, les numéros 71 et 72 proposaient deux histoires qui se suivaient, agrémentées de réédition d’anciens numéros.
Le fan russe Arseniy Dubakov s’est lancé le pari fou dernièrement d’éditer l’arc Forever war, avec l’aide du dessinateur Chris Allan (qui travaillait à l’époque sur TMNT Adventures) et de ses travaux préparatoires. Ce n’est plus qu’une questions de mois avant que cette aventure trouve une conclusion plus ou moins officielle !

Outre l’ongoing de 72 numéros, TMNT Adventures c’était aussi de nombreuses mini-séries mettant l’accent sur des personnages en particulier, mais aussi des numéros spéciaux, entre 1992 et 1994, sortant chaque trimestre. Et surtout l’introduction d’une équipe dont on entend encore parler aujourd’hui : les Mighty Mutanimals ! L’équipe de Man Ray, Gecko, Wingnut et compagnie avait été créée pour faire un comic spin-off. Le succès n’étant pas au rendez-vous, l’aventure a très vite pris fin pour les Mutanimals.

Aux USA

Pour comprendre l’histoire, seul l’ongoing se suffit à lui-même. Mais TMNT Adventures est agrémenté de très nombreuses histoires. Si aucun ordre de lecture officiel n’a été créé, nous vous proposons une chronologie de lecture de ces numéros par ici, en nous appuyant principalement sur le travail de Mark Pellegrini (quelques modification y ont été apportées).
Attention ! De nombreux numéros des TMNT A. Special ne sont pas canoniques à l’histoire principale. En effet, il s’agit surtout de numéros permettant d’inviter de nouveaux artistes pour travailler sur une thématique sur un ou deux numéros tout au plus. Des erreurs scénaristiques empêchent de les inclure dans une chronologie totalement logique.

En France

Nous avons eu du TMNT Adventures en France ! Et pas qu’un peu ! L’aventure a été distribuée à partir de 1990 sous deux formats.

Édition Tournon (décembre 1990)

En Europe, les TMNT Adventures ont été distribués un peu partout en s’appuyant sur la publication britannique. Pour proposer des aventures de manière régulière, il avait été décidé de créer un second titre, nommé Fleetway”, 100% british, couplé avec les TMNT Adventures. Seule différence, outre le style graphique (plutôt soigné !) ces aventures ne se suivaient pas d’un numéro à l’autre. Nous étions donc plus proche d’un format rappelant le dessin animé diffusé au même moment.

En France, ce sont les éditions Tournon qui ont distribué ces aventures sous forme de magazines dans les bureaux de tabac sous le titre “Les Tortues Ninja”.
En 1993, les numéros sont réédités sous le titre “Cowabunga”, avant de revenir sous le nom “Les Tortues Ninja” de manière éphémère en 1995.
D’ailleurs, si vous possédez des numéros chez vous, n’hésitez pas à nous contacter ! On a besoin de votre aide pour agrémenter la base de données de ces magazines, à retrouver par ici. On a juste besoin de scans des couvertures et des infos à l’intérieur. Le magazine reste au chaud dans votre collection c’est promis !

La seconde distribution des TMNT Adventures en France s’est faite à travers Glénat. L’éditeur était bien décidé à inonder le marché avec les TMNT, comme le comic de Mirage (voir ci-dessus). Six albums avec couverture cartonnée sont sortis entre 1991 et 1992 et reprenant les TMNT A. #5 à TMNT A. #16. Ce très beau format ne reprend pas directement les publications d’Archie, mais plutôt celles de Tundra Publishing, une maison d’édition créée par Eastman au début des années 90’ pour aider les dessinateurs à accomplir leurs rêves et surtout toucher l’argent qui leur était dû.
Les premières aventures d’Archie y avaient été éditées dans un format trade paperback (TPB) avec une nouvelle coloration, mettant bien plus en valeur les dessins des artistes Ken Mitchroney et Jim Lawson.

IDW Publishing : Une nouvelle ère

Contexte

Le rachat de la licence TMNT par Viacom / Nickelodeon en 2009 a permis de relancer les Tortues Ninja à la télévision, au cinéma, et en comics. Une nouvelle aventure allait être lancée, interrompant le volume 4 de Peter Laird, qui désirait prendre des distances avec les Tortues Ninja après 25 années intensives à base de carapaces et d’arts martiaux.

L’éditeur choisi était IDW Publishing. Actuellement publié aux États-Unis, si vous suivez l’actualité des Tortues Ninja sur nos pages Facebook et Twitter, difficile de croire que vous n’en avez pas entendu parler !
Les Tortues Ninja d’IDW Publishing, c’est tout simplement un pur succès. En décembre 2019, le titre atteignait les 100 numéros pour l’ongoing (record absolu pour la licence) et comptez autant de numéros en mini-série et autres spin-offs. Il est rare dans l’industrie des comics qu’un titre dure de nombreuses années sans être rebooté ou être annulé, comme chez Marvel et DC, qui ont un niveau d’exigence très élevé. Et c’est le cas de nos tortues !

Il s’agit d’une aventure extrêmement bien ficelée, où chaque personnage est très bien développé et évolue dans une aventure cohérente, qui se suit depuis maintenant plus de neuf ans. La recette ? Le respect des fans avant tout. Tom Waltz, scénariste visionnaire, a su s’entourer de personnes talentueuses, comme Eastman, mais aussi de grands artistes pour qui la licence n’est pas inconnue comme Mateus Santolouco ou encore Sophie Campbell. C’est simple, le meilleur de tous les univers, télévisés, comics et cinématographiques, se retrouve habilement couché sur papier, non sans de gros changements, rendant le tout délicieux à la lecture !

Si vous êtes encore dubitatif sur quel univers commencer en comics, c’est sincèrement celui-ci que vous devez choisir. Pas besoin d’avoir de connaissances poussées dans les Tortues Ninja. C’est en couleur, les thématiques et la réalisation sont d’actualité, c’est bourré d’action, l’ensemble reste cohérent et bien ficelé. Foncez !!

Aux USA (au 28 novembre 2020)

Cover RI A – Mateus Santolouco

Le seul bémol de cette série repose dans son immense variété de numéros sortis. Outre l’ongoing (série principale), le récit est composé de près d’une centaines d’autres comics complétant la cohérence générale de l’histoire. Pour être certain de ne rien rater, nous vous conseillons de vous référer à cette liste chronologique (officielle) d’IDW Publishing. Aux États-Unis, l’éditeur publie d’ailleurs des recueils composés d’une quinzaine de numéros à chaque fois, entièrement organisés dans le bon ordre de lecture, les TMNT : The IDW Collection. C’est la référence ultime pour s’assurer de tout lire dans le bon ordre (ou presque) !

Pourquoi autant de comics pour une aventure ? Comme chez les autres éditeurs, c’est une manière assez habile de traiter de sujet secondaires et de personnages qui auront un rôle à jouer tôt ou tard dans le récit principal, sans pour autant ralentir le rythme narratif de l’ongoing.
Tous ces numéros secondaires ne sont pas indispensables, mais restent tout de même souvent essentiels pour connaître un personnage ou un fait qui aura des répercussions dans l’aventure principale.

En France

Les Tortues Ninja, Tome 1 – Nouveau départ. Dan Duncan

Si cet univers vous intéresse, figurez-vous qu’il est actuellement publié chez HiComics. Et pepperoni sur la pizza, il s’agit de l’univers dont la distribution est la meilleure en France ! Allez un peu d’histoire.

Tout a commencé en 2012, lorsque l’éditeur Soleil s’est essayé aux Tortues Ninja. Hélas, face à une mauvaise com’ et une licence qui n’avait pas encore trouvé son public à l’époque, le titre a été annulé après quatre albums, en 2013.

Les Tortues Ninja, Tome 0 – Nouveau départ. Mateus Santolouco.

C’est finalement en mars 2018 que les Tortues Ninja sont revenues, cette fois entre les mains de l’éditeur HiComics ! Ne pouvant pas encore rééditer ce que Soleil avait sorti quelques années auparavant, il a été choisi de reprendre là où le prédécesseur s’était arrêté. Ce n’était peut-être pas plus mal ; n’était-ce pas risqué de publier de nouveau ce qui n’avait pas fonctionné une première fois ?

Qu’on ne s’y trompe pas ! Le tome 1 de HiComis est donc la suite directe du tome 4 publié chez Soleil en 2013 !
En 2019, l’éditeur français a eu la possibilité de rééditer tout ce qui était sorti chez Soleil à travers un imposant tome 0. Cocorico ! Pour couronner le tout, cette couverture a été conçue exclusivement pour la sortie française par le très apprécié Mateus Santolouco !

Les publications vont bon train. En décembre, nous arriverons au 12e tome, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est de la bombe ! Encore de très belles choses sont à venir chez HiComics.

2 réflexions au sujet de « Petit guide pour mieux comprendre les comics Tortues Ninja »

  1. Wow ! C’est vraiment un excellent article sur la situation actuelle comics USA et France !
    « La rivière » est effectivement un comic OVNI et fut mon premier comic TMNT. J’ai tout de suite accroché même s’il faut dire que cela contraste totalement avec les archies de l’époque. En tout cas, content que nous ayons eu autant de publications en France !

    Peux t’on espérer que HiComics re-publie les autres volumes un jour ? ( 2, 3 et 4)
    Merci et bonne continuation,
    Vincent

    • Espérons qu’HiComics le fasse mais je n’y crois pas du tout, pour deux raisons. Premièrement, les Classics qu’ils sortent actuellement sont l’adaptation des Ultimate collection d’IDW. Ceux-ci sont restés cantonnés hélas qu’au vol. 1 en ne se concentrant que sur la partie canonique. Ils ont donc exclus les comics de la guest era. Deuxièmement, un tome sort par an. C’est très long et ce notamment du fait de la mauvaise vente de ces numéros. Sullivan reviendra dessus je pense dans sa prochaine vidéo entièrement dédiée aux TMNT. Il en parlait déjà un petit peu dans la dernière, en début de semaine. Donc à voir d’ici-là comment évoluera la chose. Les volumes 2 et 4 ne sont pas forcément très bien vus par les fans, ou du moins le Vol. 1 est bien plus apprécié et mieux connu.
      Sullivan, au lancement des TMNT en 2018 avait dit être intéressé par la publication du vol. 3 (réédité chez IDW sous le titre Urban legends). Comme les ventes ne sont pas folles, je doute que ce soit encore 100% d’actualité.

      Bref, disons que tout est possible pour les tortues en France, mais il faudrait que le public suive plus. Il y a un noyau de fidèles, mais celui-ci est insuffisant pour qu’HiComics se permette des folies hélas.

Laisser un commentaire