TMNT #149 (IDW Publishing)

Histoire : Kevin Eastman, Tom Waltz et Sophie Campbell.
Scénariste : Sophie Campbell.
Illustrateur : Vincenzo Federici.
Coloriste : Ronda Pattison.
Lettreur : Shawn Lee.
Assistants d’édition : Nicolas Niño.
Éditeurs : Jamie S. Rich.


Édition
IDW Publishing (US)

Pages : 32 pages.
Prix : 3,99$.

Tirage physique américain : Chiffres à venir.

Couvertures
Vincenzo Federici
Kevin Eastman et Sophie Campbell
Caspar Wijngaard
Autres…


Première édition
13 mars 2024 (VO)
– (VF)


Réimpression américaine
TPB TMNT Reborn, Vol. 9 – First, last, always
(2 octobre 2024)


France

Preview

Leonardo deals with a betrayal in the present day. And in the future, Donatello reflects on the TMNT’s past as he realizes a hard truth about Armaggon. All anyone really knows is that the future is less certain than it’s ever been-especially with Armaggon on a rampage to rewrite the past! How far back will they have to go to stop him? Longtime TMNT writer Sophie Campbell and superstar artist Vincenzo Federici continue telling one of the biggest TMNT stories yet on the last stop before #150!

Résumé

L’arrivée de Michelangelo, Koya et de Bludgeon était une aubaine. La nouvelle équipe sauvait Leonardo et ses compagnons d’un Bob qu’ils ne reconnaissaient pas. La tortue au bandeau bleu révélait à ses amis qu’il ne s’agissait pas du singe mutant qu’ils fréquentaient. Le combat serait bien moins aisé dorénavant.
Dos au mur, le Bob du futur n’avait d’autres choix que de s’expliquer face à un Leonardo insistant. Depuis son arrivée, il dérobait leur acide Quantanucleic à petites doses. Ils n’auraient dus se rendre compte de rien. Ainsi, il pourrait alimenter son maître, Armaggon. En retour, le requin lui rendrait son apparence humaine initiale. Personne ne le croyait, évidemment. Alors le mutant s’essayait à une expérience, dérobant le QNA de la jeune Lita. La maîtrise du QNA permettait de contrôler tout ce qui était possible, au cours de la vie d’un individu. La mémoire, les aptitudes, la connaissance… La tortue albinos se transformait soudainement, recouvrant son apparence humaine de petite fille. Leonardo n’en croyait pas ses yeux. Il fondait sur Bob pour lui faire payer son geste. Le singe s’enfuyait vers la forêt et bondissait à travers un portail.
Les jambes de Leonardo ne supportaient plus le poids de son corps. Face au portail qui se refermait, la tortue tombait à genoux, consolée par Michelangelo. Ce singe du futur avait violé l’intégrité du corps de Lita en lui rendant son apparence humaine, sans son consentement. Ce type de portail était familier à Bludgeon. Il s’agissait d’un portail temporel. Leonardo comprenait que c’était certainement le seul moyen qu’ils auraient de retrouver leur frère. Il se dépêchait de regrouper des papiers avec des symboles dans l’ordre de ceux griffonnés sur le bras d’April. Disposés sur des arbres en bordure de la forêt, les symboles créaient des étincelles. Puis un nouveau portail s’ouvrait. Cette fois, avec ces symboles, il ne devrait plus se refermer. Les recherches d’April et de Leonardo avaient portées leurs fruits.

Jennika entraînait ses vieux amis à travers les rues isolées de Mutant City. À leurs trousses, les policiers ne les lâchaient pas et faisaient bientôt feux. Bob suppliait Donatello d’ouvrir un portail, mais la tortue lui rappelait que c’était trop dangereux, voire impossible. Il ne pouvait rien créer à partir du néant. Quand bien-même, ils pourraient atterrir nulle part. La tortue avait surtout besoin d’un trou temporel comme celui que le Donatello du futur avait utilisé pour se rendre dans ce monde. Jennika savait il où se trouvait. Elle ne leur en avait pas encore parlé car cela faisait trop longtemps qu’elle embrassait une vie de solitude. Ses amis lui manquaient, comme le bon vieux temps.
Les risques d’altération du cours du temps étaient trop dangereux. Ils ne pouvaient rester dans ce lieu plus longtemps. La tortue les conduisait jusqu’à une ruine bien connue. Il s’agissait de la vieille église, dont l’ancien repaire des tortues se trouvait dans les fondations. Jennika abandonnait ses amis à l’entrée du lieu. Les policiers les avaient rattrapés, elle se rendait. Donatello et les siens poursuivaient leur chemin jusqu’au bunker. Une faille demeurait ouverte dans le salon. Ils l’empruntaient.

Au ressortir de cette faille les trois compagnons arrivaient dans un salon plutôt cosy. Une gamelle pour chat se trouvait dans un coin, avec le nom de Klunk inscrit dessus. Le propriétaire des lieux s’avançait, un chat dans les bras. Il s’agissait de Michelangelo. Un hologramme des dernières actualités flottait devant son visage. Il était ravi de voir ses vieux amis. Il savait même ce qui les amenait là ! Ou tout du moins quelques informations, comme Armaggon, l’apparition de monstres à Northampton ou encore qu’ils avaient affrontés un Bob maléfique. Il faut dire que Leonardo s’était appliqué à ne pas tout lui expliquer à la fin de ces évènements. Mais Michelangelo changeait de sujet immédiatement, expliquant qu’après cela il s’était concentré sur sa carrière et sa célébrité. Il était parti pour Los Angeles, puis pour le Japon… Mais Donatello n’avait pas le temps. Il voulait surtout savoir si son frère avait vu son double du futur. Si la célébrité n’avait rien vu, Venus ressentait tout de même sa présence dans ce monde.
La tortue se jetait dans son canapé et proposait à ses amis de rester un petit peu plus longtemps, sentant qu’ils comptaient déjà repartir. Donatello avait beau lui expliquer qu’ils jouaient contre le temps. Qu’ils devaient se rendre dans le Japon médiéval, rien n’y faisait. Michelangelo voulait faire des photos. Passer du bon temps. Le passé restait le passé selon lui, ils pouvaient bien lui accorder cela ? Face à tant de légèreté, Donatello se montrait déstabilisé. Venus beaucoup moins et perdait son sang-froid, balayant l’écran holographique de Michelangelo, qui vivait dans un autre monde. Pas étonnant qu’il s’était autant isolé de sa famille, comme les autres tortues leurs avaient expliqués lors de leurs voyages passés.
La tortue se confondait en excuses. Toute sa vie avait été chamboulée pour une seule et unique raison. Lors de leur formation par Kitsune (TMNT #132), la question de la gravité rayonnante lui était montée à la tête. Tout le monde l’appréciait pour ce qu’il était ? Ou parce que les gens étaient attirés par lui ? Petit à petit, il voulut aider les gens. Leur parler, et se faire aimer. Mais très vite, il perdit le contrôle de la situation. Ses « fans » attendaient toujours plus de lui. Il avait sombré dans une spirale infernale qui accaparait toujours plus son énergie. Michelangelo voulait dorénavant tourner le dos à cette vie de célébrité. Il voulait disparaître, se faire oublier de tous. Donatello lui tendait son vieux talisman gofu, lui rappelant le bon vieux temps.

Soudain, un portail s’ouvrit dans le salon. Le Bob du futur faisait irruption, prêt à en découdre avec les tortues. Il saisissait à la gorge son double du passé, qu’il jugeait trop faible. Face à tout ce chaos, le singe se montrait dégouté. Sa volonté de recouvrer un corps humain avait causé des dégâts considérables. S’il avait su quels en seraient les conséquences, jamais il n’aurait obéi à ce double du futur. Il ne voulait plus de cela. Contrairement à l’autre Bob, il voulait apprendre à s’aimer tel qu’il était. Foutaise ! Le singe comptait le transformer pour qu’il embrasse sa destinée au service d’Armaggon.
Donatello bondissait pour sauver leur ami simien. Bob volait dans la pièce. Venus créait un halo protecteur pour éviter qu’il ne traverse la fenêtre. Dans le combat, le génie de l’équipe se faisait repousser par le singe du futur, qui saisissait de nouveau l’innocent. Il l’envoyait par la fenêtre. De l’autre côté, Armaggon l’attendait. Le requin était arrivé dans leur temporalité en suivant la balise. Sa taille colossale rivalisait avec la hauteur de la tour de Michelangelo. La gueule grande ouverte, il dévorait Bob. Le singe se retrouvait relié à des dizaines de tuyaux dans la gueule du poisson. Une balise apparaissait sur sa poitrine. Il devenait le serviteur qu’il repoussait…

Personnages

Autres

Couvertures

  • Cover A – Vincenzo Frederici.
  • Cover B – Sophie Campbell et Kevin Eastman.
  • Cover RI A – Caspar Wijngaard. 10 copy Retailer Incentive cover.
  • Cover RI B – Caspar Wijngaard. 25 copy Retailer Incentive cover.
  • Cover RI C Kevin Eastman. 50 copy Retailer Incentive cover.
  • Cover RE Lightning Comix (trade dress) – Joe Doyle. Pour le revendeur Lightning Comix.
  • Cover RE Lightning Comix (virgin) – Joe Doyle. Pour le revendeur Lightning Comix.
  • Cover RE Lightning Comix (secret cover) – Joe Doyle. Pour le revendeur Lightning Comix. Cette version a été révélée au début du mois d’avril, comme les secret covers des numéros précédents. Le revendeur a alors distribué toutes ses couvertures à ses souscripteurs au moment de la sortie du TMNT #150.
  • Cover RE Clayton Crain – Clayton Crain. Pour le revendeur Clayton Crain. Limitée à 242 exemplaires.

Évolution de la couverture de Sophie Campbell

Galerie