TMNT Mirage comics series – Utrom (NECA – Figurine 2023)

Fabricant : NECA.

Créateurs : Peter Laird et Kevin Eastman.
Date de création :
1985.


Année : 2022.
Wave
:
Aucune.
Série : TMNT Mirage Comics.
Lieux de production : Chine.


Studio de modélisme : NECA, sous la direction de Randy Falk et de Trevor Zammit.
Sculpteurs : Brodie Perkins et Josh Sutton.
Peinture : Geoffrey Trapp et Mike Puzzo.
Prototypes : Roger Fernandez.
Illustration du packaging :
Kevin Eastman.
Photographies : Stephen Mazurek.
Design du packaging : Travis Hastback.


Taille : 18 cm.
N
ombre d’articulations : 22 (aucune pour l’utrom).
Nombre d’accessoires : 12 + 1 utrom.
Univers : Teenage Mutant Ninja Turtles (comic).


Date sortie américaine : Début octobre 2022.
Date de sortie française : Fin janvier 2023 (estimation).

Prix originel américain : 34,99$.

Déco page

Présentation du personnage

Les utroms sont des extraterrestres qui vivent sur Terre depuis une vingtaine d’années (en 1985), se repliant à New York dans la tour T.C.R.I. (Techno-Cosmic Research Institute). Ils furent à l’origine du mutagène qui transforma les tortues et Splinter en mutants, après en avoir perdu un échantillon dans les rues. Ce mutagène était un déchet qui résultait de leurs expériences pour créer le trasnmat, un téléporteur, afin de retourner dans leur monde.

Créatures curieuses et bienfaisantes, les utroms recueillirent Splinter dans les égouts après son combat contre les mousers et le remirent sur pied. Mais les tortues, inquiètes de ne pas le retrouver, s’attaquèrent à la tour des extraterrestres, qu’ils pensaient être des ennemis. Après un voyage intergalactique, elles se redirent compte qu’il s’agissait d’un malentendu. Mais elles ramenaient avec elles triceratons et soldats de la Fédération… (TMNT (Vol. 1) #7).

La figurine de l’utrom et son squelette robotique ont été sculptés par l’artiste Brodie Perkins à l’aide du logiciel 3D Zbrush. Il en a partagé le modèle numérique sur son Artsation en mars 2022 puis sur les réseaux sociaux au moment de l’ouverture de sa précommande, en juin.

La version finale est légèrement différente, notamment au niveau des petits détails de son dos comme les pistons. La sculpture des finitions via le logiciel 3D laissait plus de place aux détails minutieux. La version finale les efface légèrement, faute à l’échelle pour la production plastique et à la peinture. Le résultat reste néanmoins excellent.
Brodie Perkins s’est également attaché à produire un nouvel utrom, totalement différent de celui qui avait été fait par le studio The Four Horsemen, sorti dans le pack de 2016.

Plusieurs figurines du comic de Mirage ont été annoncées par NECA à l’occasion du Toy Fair de février 2022. L’utrom dans son corps androïde est la troisième figurine à voir le jour aux États-Unis, en octobre 2022. Il a suivi de très près la sortie de Renet, en septembre.
En France, la sortie de cette figurine est un petit peu plus tardive. En effet, le distributeur européen n’est parvenu à acheminer les figurines de Mirage qu’ensemble, à savoir le Fugitoid, Casey, Renet et l’utrom, pour une sortie en février 2023.

Nous retrouvons le blister traditionnel de cette gamme, de forme trapézoïdale, avec des illustrations de Kevin Eastman et des annotations mises en avant à travers un style de bulle rappelant les comics.
L’avant de la boîte présente la figurine dans une fenêtre plastique transparente, laissant apparaître l’androïde et l’utrom en son sein. Les côtés sont également illustrés par le cocréateur des Tortues Ninja, avec d’un côté un utrom simple et de l’autre l’androïde au crane endommagé après son combat contre un triceraton. Nous observons également un petit encart où il est inscrit « 03 », rappelant qu’il s’agit de la troisième figurine de cette gamme autour du comic de Mirage.

À l’arrière, nous voyons de nombreuses photos de la figurine, réalisée par Stephen Mazurek et servant de support promotionnel. Enfin, en partie inférieure du blister, nous avons la mention « To be continued » présentant les trois premières autres figurines de cette gamme, à savoir le Fugitoid, Renet et Casey Jones.

La figurine

Premier constat, l’androïde est impressionnant. La figurine est bourrée de détail, avec des petits tuyaux, des mécanismes. De nombreux reliefs qu’il faut voir une fois la figurine entre les mains. Le résultat n’est sans doute pas aussi prometteur que ce qu’avait imaginé le sculpteur Brodie Perkins, la preuve en est avec la version 3D présentée ci-dessus. Mais qu’est-ce que ça claque !

L’ensemble de la figurine jongle habilement entre plastique lisse pour le revêtement principal, en plaques, et reliefs imitant les muscles, les pistons et les tuyaux. C’est finalement le genre de figurine que je trouve totalement indescriptible au vu de la richesse de sa sculpture. De tous ces détails. Il n’y a que les photos qui peuvent être réellement parlantes.

Accessoires

La figurine est accompagnée de son lot habituel d’accessoires. Au menu du jour, trois paires de mains interchangeables, deux têtes, un blaster, deux outils, un verre avec paille et l’utrom.

Les trois paires de mains sont à mon sens le petit point négatif de ce pack. Je les trouve terriblement identiques. Nous avons une paire aux poings fermés, une paire ouverte pour tenir les outils et une plus ouverte pour tenir le blaster. Détail appréciable, ces mains sont assez malléables, ce qui évite de faire des marques sur les accessoires lorsqu’ils sont glissés entre les doigts. Je pense notamment au blaster, que l’on doit pivoter pour écarter les doigts et l’insérer dans la main. Mais pourquoi un point négatif ? Car il manque au moins une paire à ce lot ! Une paire aux doigts ouverts, pour varier plus les postures, aussi bien de repos que pour simuler la surprise ou l’arrêt du robot après avoir été endommagé.

L’utrom peut être retiré de son habitacle dans l’abdomen du robot. Il a même plutôt tendance à en sortir très facilement. C’est plutôt bien, ça évite les rayures et les transferts de peinture ! L’extraterrestre est ultra détaillé. Perkins a été jusqu’à lui donner une texture de peau remarquable. Il est réalisé dans un plastique rigide, contrairement par exemple au kraang de Playmates Toys (2012). Ses tentacules peuvent être légèrement pliés du fait de la finesse du plastique. Il n’est cependant pas articulé.
La comparaison avec l’utrom créé pour le pack sorti en 2016 est inévitable. Et je trouve le nouveau venu bien mieux réussi ! Plus petit, détaillé, le travail de la peinture est également beaucoup moins grossier. En revanche, il ne peut rien tenir entre ses tentacules.

Tous ces accessoires proviennent du TMNT (Vol. 1) #7. La tête endommagée de notre androïde provient de l’une des cases du combat contre les triceratons dans le T.C.R.I. On le voyait à cette occasion encore debout en train de se battre avec son arme (page 11). J’adore les détails apportés à ce crâne explosé, laissant apparaître câbles et œil qui pend. Elle permet de varier énormément les postures de la figurine, passant de soldat au combat à carcasse inanimée au sol.
Les détails du blaster sont simples, mais très bien repris du comic. Eastman et Laird étaient de grands amateurs de science-fiction. L’arc des utroms et du voyage spatial des tortues est un immense hommage aux univers qu’ils affectionnent, notamment Star Wars. Et ils se sont appliqués à donner à chaque espèce sa technologie respective, avec ses propres designs. Un blaster triceraton ne ressemble pas à celui d’un utrom, qui ne ressemble pas à celui d’un soldat de la Fédération ! Ainsi, l’arme des utroms a une forme très particulière, avec cette espèce de carapace en deux parties sur le sommet du blaster et ce retour anguleux à l’avant.

Les autres accessoires sont des petits clins d’œil à des scènes très courtes et présentées dans des petites cases du comic. Les deux outils proviennent des scènes où les utroms sont en train de terminer le transmat avec l’aide du Fugitoid (pages 26 et 27). Les détails sont peu nombreux sur les pages et les outils assez alambiqués. La conception de ces accessoires a donc demandé à prendre une certaine liberté pour leur apporter une esthétique propre et réaliste.
Le petit mug avec paille reprend quant à lui la scène flashback où Splinter raconte de quelle manière il a été recueilli par les utroms (page 18). C’est certainement un accessoire totalement dispensable, mais que j’adore pour son côté inattendu.

Peinture

La peinture de l’androïde est assez simple à première vue. Un corps gris bleuté auquel des nuances plus claires et plus sombres sont ajoutées pour lui donner du relief. À cela rajoutons les touches plus claires pour imiter pour côté luisant du métal, sur le crane, la poitrine ou encore les jambes. J’apprécie la peinture qui donne un effet diffus, comme au niveau des yeux jaunes, dont le noir autour se retrouve légèrement éclairci, donnant un effet lumineux.

Les plutôt petits détails sont mis en avant par un surlignage noir, permettant d’accentuer les différents pistons, tuyaux et autres mécanismes faisant fonctionner le robot.

Articulations

  • Nuque, articulation en rotule 360° ;
  • Épaules, articulation en rotule 360° et demi-disque 90° ;
  • Bras, articulation en rotule 360°;
  • Coudes, demi-disque 90° ;
  • Poignets, articulation en rotule 360° (détachable) et demi-disque 45° ;
  • Poitrine, articulation en rotule 360° ;
  • Bas-ventre, articulation en rotule 360° ;
  • Bassin, articulation en rotule 360° et demi-disque 150° ;
  • Genoux, demi-disque 90° ;
  • Chevilles, articulation en rotule 360° et demi-disque 60°.

Il n’a pas l’air comme ça ! Mais notre robot est très articulé. NECA a une fois encore réussi à réaliser à la perfection un robot dont les articulations sont cachées par le propre design de sa figurine. L’ensemble est certes légèrement plus restreint que pour les figurines habituelles, mais le résultat est suffisant.

Mon seul bémol se trouve au niveau des bras. Une fois encore, nous avons une figurine incapable de ternir une arme à deux mains. Et pourtant dans le comic, nombreuses sont les scènes où l’on voit les robots utroms se servir de leurs blasters avec les deux mains. L’effort a été fait d’apporter une rotule aux épaules de la machine, mais elle n’est hélas pas suffisante. Elle est d’ailleurs très limitée, puisqu’il n’est pas possible de beaucoup écarter les bras.

Les jambes sont relativement raides. Les chevilles auraient mérité un plus grand soin d’articulation. En résulte une figurine qui tient assez mal debout et dont il n’est possible que de bouger les pieds d’avant en arrière et de pivoter la cheville autour de ce même axe. Mais pas sur les côtés.

separateurConclusion

Cette figurine n’est pas parfaite, mais que j’aime ! Elle fourmille de petits détails, entre les tuyaux, les mécanismes en relief, la texture, les articulations dissimulées à la perfection. Je n’en attendais rien et j’apprécie énormément le résultat final. Il s’agit de ce type de figurine qu’il faut avoir entre les mains pour l’apprécier à sa juste valeur. En photo peut-être pouvons-nous penser qu’il s’agit d’une figurine de plus. C’est en face que l’on se rend compte de sa richesse.

Quelques petits défauts à noter, notamment au niveau des articulations qui auraient pu être un petit peu plus généreuses, notamment au niveau des épaules et des chevilles. L’absence d’un plus grand nombre d’accessoires, notamment d’une paire de mains ouvertes. Mais dans l’ensemble, je suis ultra convaincu par cette figurine. Il ne reste plus qu’à prendre quelques utroms de plus pour recréer les scènes du T.C.R.I. !

Octobre 2022

La figurine de l’utrom est sortie dans un pack simple avec les illustrations de Kevin Eastman.

Déco pageFigurines d’utrom du comic de 1984

Chez Playmates Toys

Jamais réalisé

Chez d’autres fabricants

Galerie

Prototype

Les images de ce prototype, réalisé à l’aide du logiciel Zbrush, proviennent de l’Artstation de Brodie Perkins.

Packaging

Photos de la collection de Leomir

Photos officielles

Crédits photos