Teenage Mutant Ninja Turtles : Saturday Morning Adventures #7 (IDW Publishing)

TMNT : SMA #6

Shiny and chrome

TMNT : SMA #7

Shreddercon !

TMNT : SMA #8

A far-out encounter of the Ogg kind

TMNT : SMA #9

The Eddiku trilogy, part. 1

Histoire : Erik Burnham.
Scénariste : Erik Burnham.
Illustratrice : Sarah Myer.
Coloriste : Luis Antonio Delgado.
Lettreur : Ed Dukeshire.
Éditeur : Thea Cheuk.
Assistant d’édition : Nicolas Niño.
Design et production : Johanna Nattalie.


Édition
IDW Publishing (US)

Pages : 32.
Prix : $ 3,99.

Tirage physique américain : Chiffres à venir.

Couvertures
Jack Lawrence
Sarah Myer
Jon Lankry
Paulina Ganucheau


Première édition
29 novembre 2023 (VO)
– (VF)


Réimpression américaine
TPB Teenage Mutant Ninja Turtles : Saturday Morning Adventures, volume 3
(18 septembre 2024)


France

April annonçait au journal ce qui allait être une terrible nouvelle pour certains newyorkais… La mairie interdisait le traditionnel St. Nick-Con de la ville. Une tradition à l’approche des fêtes de Noël qui consistait à se déguiser en père Noël et mettre un quartier sens dessus dessous pendant 24 heures. Trop de dégâts avaient déjà été faits les années précédentes. En revanche, les fervents admirateurs de ces pratiques s’organisaient déjà pour faire une fête clandestine !

Oroku Saki avait un rendez-vous très important au même moment. Il s’était rendu dans les serres de Eddiku Kai, ancêtre du grand maître forgeron Eddiku Yuri. Il n’y allait pas par quatre chemins et lui demandait de réaliser une copie du sabre que son ancêtre avait réalisé de son temps. Il possédait l’autre fragment de la météorite utilisée jadis pour cela. Mais l’homme déclinait l’offre. Non par principe, mais par l’absence de la tsuba, la garde, unique. Eddiku Yuri n’avait pas transmis son savoir et le sabre ne pourrait jamais être une réplique exacte sans cette pièce importante. Le seul moyen d’en avoir une serait de dérober un exemplaire jamais utilisé. Il y en avait justement au musée, qui présentait prochainement une exposition. Avec un bon prix, Eddiku Kai se sentait prêt à réaliser la demande de l’homme…

De retour dans la cachette, Shredder exposait son plan à Krang, qui devenu fou. Tant de perte de temps pour pas grand-chose… Il aurait suffi d’enlever Eddiku ou de créer un rayon laser. Mais l’homme au masque de fer craignait que le descendant du forgeron ne s’applique pas assez sous la menace. Et Shredder savait exactement quoi faire. Quand des gens se seraient déguisés en pères Noël et déferleraient dans la ville, il en profiterait pour s’introduire dans le musée et dérober la garde de sabre exposée. Au même moment, Bebop et Rocksteady entraient et annonçaient l’information qu’ils venaient de voir au journal. Il n’y aurait pas de St. Nick-Con cette année. Le plan tombait-il à l’eau ? Réfléchissant un instant, Shredder avait une idée brillante et demandait le rayon duplicateur de Krang…
Le programme télévisé s’interrompait. Shredder apparaissait à l’écran, aux côtés de ses deux mutants, portant ses vêtements. Il annonçait la Shreddercon, en remplacement de l’évènement annulé et donnait rendez-vous aux intéressés en ville le lendemain. Ils n’avaient qu’à chercher son camion et obtiendraient gratuitement son costume. Pour le reste, ils n’auraient qu’à s’amuser le jour venu. Les tortues étaient surprises par cette annonce et ne comprenaient pas où leur ennemi voulait en venir.

Les tortues se rendaient sur le lieu du rendez-vous pour voir ce que préparait Shredder. Bebop et Rocksteady distribuaient les costumes aux passants à bord de leur camion. Pas de vols. Pas de pagaille. Rien d’illégal. Michelangelo était même parti se procurer un costume. À son retour, ses frères examinaient les vêtements. Pas de traceur. Pas d’appareil pour contrôler l’esprit. Les parties métalliques étaient même faites de plastique pour ne pas se blesser ! Rien d’illégal non plus de ce côté. Juste des costumes bas de gamme…

Quelques jours plus tard, l’équipe de Channel 6 était prête à couvrir l’éventuelle Shreddercon. April était au micro, prête à interviewer quelques individus venus déguisés pour l’occasion. Les tortues étaient également de la partie, scrutant les environs depuis le sommet d’un immeuble. Soudain, une déferlante s’abattait sur le parc du rendez-vous. Une nuée de personnes, hommes comme femme, jeunes comme adultes, arrivaient munis du costume de Shredder. Entre leurs mains, des bombes de peinture, du papier toilette ou encore des cornes de brumes. Enfin un petit peu d’action pour les quatre frères qui commençaient à avoir froid. Ils sautaient dans la rue pour arrêter ceux qui dégradaient le matériel public. Et surtout trouver le VRAI Shredder et ainsi déjouer son plan, jusqu’alors totalement inconnu.
Les premiers venus les plus violents étaient maîtrisés. Sans trop leur faire de mal. Une bombe de peinture était coupée par les sabres de Leonardo. Donatello empêchait le jet de pétards. Mais l’un des manifestants prenait peur à la vue de Michelangelo, qui se confondait en excuses. Un autre individu en profitait pour peindre un smiley dans le dos de la tortue, qui laissait le pauvre homme apeuré en paix. Manque de chance, il s’agissait du vrai Shredder, qui jouait la comédie ! Ce dernier s’empressait de quitter la cohue pour contacter ses deux sbires. Bebop et Rocksteady se trouvaient dans un musée. Après avoir neutralisé les gardes, ils commençaient à dégrader les œuvres avec des bombes de peinture et à détruire les caméras. Tout se passait pour le mieux. Leur supérieur les rejoignait bientôt, satisfait de voir que son plan se déroulait à merveille. Il subtilisait quelques tsubas en vitrine pour la suite de son plan. Il savait que jamais il ne pourrait être inquiéter des accusations, si tout le monde pensait que les faux Shredder étaient venus au musée pour tout détériorer. Les trois malfrats s’éclipsaient immédiatement. La supercherie serait bientôt découverte.

Les tortues neutralisaient la plupart des vandales dans le parc à l’aide de jets d’eaux et de cordes. Avant l’arrivée de la police, les faux Shredder étaient appréhendés. Mais soudain, leurs costumes disparaissaient. Ils se retrouvaient avec quelques vêtements seulement sur le dos. Les tortues ne comprenaient plus ce qu’il se passait, et étaient à mille lieues de s’imaginer que tout cela avait été organisé grâce au rayon duplicateur de Krang. D’où la mauvaise qualité des vêtements ! April se rendait sur place pour couvrir l’évènement et promettait aux tortues de chercher des informations concernant un éventuel crime que le vrai Shredder avait pu perpétrer au même moment.
Les quatre frères rentraient dans leur repaire, frigorifiés. Seul Michelangelo avait encore le moral. Il n’avait pas eu à payer sa pizza. Son nom de client avait été mal orthographié ! Il savourait sa pizza avec un immense plaisir.


Personnages

  • Donatello
  • Leonardo
  • Michelangelo
  • Raphael

Autres

  • April O’Neil
  • Bebop
  • Krang
  • Oroku Saki / Shredder
  • Rocksteady
  • Vernon Fenwick

Autour du numéro

  • Eddiku appelle Shredder par son nom, par politesse, soit M. Oroku. Dans le dessin animé de 1987, la production n’était absolument pas au fait que le nom de famille venait avant le prénom et pensait que son nom était alors Saki. Cela se voit dans de nombreux épisodes et même le nom de sa mère, devenu Miyoko Saki au lieu de Miyoko Oroku. Ici, l’erreur n’est pas commise.

Couvertures

  • Cover A – Jack Lawrence (dessin) et Raúl Angulo (couleur).
  • Cover B – Sarah Myer.
  • Cover C – Jon Lankry.
  • Cover RI A – Paulina Ganucheau. 10 copy Retailer Incentive cover.
  • Cover RI B – Paulina Ganucheau. 25 copy Retailer Incentive cover.
  • Cover RE Jolzar Collectibles – Jeremy Clark. Pour le revendeur Jolzar Collectibles.

Galerie